• Dans ma tête, c'est Bagdad
  • HISTOIRE D'OR, LE CONCOURS

    J'étais seul, tout était calme. De mémoire, c'était en pleine semaine, dans la nuit du mercredi au jeudi, ou... le lundi ? Allez savoir, c'était peut-être le mardi. Bref : rien ne laissait supposer que commencerait un tournant de ma vie. Ce n'est pas toi que je venais voir, mais soit. Cette relation était atypique - le contexte de notre rencontre en témoignait - il y avait du piment et du sel dès les premiers instants. Il faisait nuit noir, et nous avons fait connaissance - c'était étrange, inconvenant mais passionnant, je crois que la folie a pris le dessus. Le temps filait aussi vite que les mots découlaient de nos pensées, et finalement, cela faisait une nuit - même si j'aurais dû partir - que nous parlions de nos vies, de nos rêves - même si tu n'en n'avais plus, et de nos déboires ; tout en oubliant le reste du monde qui nous entourait. 

     

    Et pourtant, je ne savais toujours qu'une infime partie du livre scellé que tu pouvais être. Alors, je suis parti, nous avons dormi, j'ai trimé le lendemain quant il a fallu se lever aux aurores, mais cela ne m'a pas empêché de te revoir le jour suivant, pour découvrir quelles aventures passionnantes tu avais pu vivre : et tu m'attendais. Tu avais bien 57 ans de plus que moi. Jusqu'au jour où, en passant le perron de la maison de retraite délabrée, je me rendis compte que tu n'étais plus là, la faucheuse était venue te happer : rien n'est éternel, après tout. Je fis demi-tour, en me jurant de ne jamais revenir. Dans ma tête, c'était Bagdad.

     

    Le narrateur, retourné par cette rencontre avec une personne âgée, est tombée de haut le jour où il a appris la mort de son ami(e). Raconte la suite de l'histoire avant samedi 25 juillet, sois inventif : les joueurs sélectionnés recevront le badge « Rendez-vous à l'aube », un ultra, 50 duckets et verront leur texte affiché sur l'article de résultats. Bonne chance !

     

    « Ce que l'on voit est temporaire, ce que l'on ne voit pas est éternel ». - Ralph Waldo Emerson.

    Bar Wild West : le badge « Rendez-vous à l'aube »

    Cendre, gérant et écrivain à ses heures perdues 

  • Commentaires (2)
  • LBDM le 21/07/2018 à 19:34 La chute est pas mal ???
    Freeezyx le 21/07/2018 à 19:38 Très beau !